• Delphine

Chapitre 4: La pratique du Vide - Comment Vivre un confinement Positif, Vivant et Heureux

Mis à jour : 1 nov. 2020



INTRODUCTION


Qu’est ce que la pratique du vide?


Notre vie au 21ème siècle est submergée d’informations, de moyens de communications, de programmes télévisés ou d’internets, de produits de consommations, de sollicitations commerciales, d’achats désordonnés, de besoins et d’envies compulsives…


En prenant du recul, nous nous rendons compte que nous nous remplissons de choses qui ne sont ni vitales, ni primordiales, ni finalement très intéressantes.

Nous nous remplissons pour combler un vide.


Mais de quel vide sommes nous remplis?


Peut-être avons nous beaucoup, mais sommes nous beaucoup?

Qui sommes nous, finalement?



Lorsque nous rencontrons une personne pour la première fois, la première question est souvent: « que fais-tu dans la vie? » et la réponse qui suit est le plus souvent: « je suis -une profession- »…



Peut-on réellement se définir par notre profession?


Est-ce cela qui nous détermine?

Pourquoi notre être est-il associé à notre job ou notre absence de job?


Notre profession doit-elle donc remplir toute notre vie/vide?


Nous vivons dans une société qui nous formate à faire des études, à suivre les règles et les apprentissages des écoles par lesquelles nous passons, à apprendre et intégrer ce que l’on veut bien nous apprendre. Mais aussi à trouver le job qui va nous permettre de rayonner dans un certain microcosme tout en suivant les règles de ce même microcosme.

Nous vivons dans une société qui nous pousse à consommer pour être, qui nous impose une certaine forme d’être et d’avoir pour y prendre place.

Si l’on prend l’artiste par exemple, plutôt doué d’un esprit libre, limite révolutionnaire, il ne sera reconnu que s’il gagne de l’argent. Et pourtant, avec ou sans d’argent, son talent et son esprit qui font toute son oeuvre sont toujours les mêmes.



Le bénévole ou le voyageur, doux rêveurs qui s’occupent plutôt que de travailler (c’est à dire gagner de l’argent dans le jargon conscient de notre société) alors qu’il donne de son temps, de son énergie, de sa bonté ou qu’il apprend sur lui, sur les autres, sur son environnement.


Ce qu’il est ou devient a finalement peu de valeur, la preuve, il doit le faire gratuitement!


La mère de famille qui ne travaille pas (puisqu’elle ne gagne pas d’argent) ne sera pas prise au sérieux, ou peu, même si elle a des diplômes ou des connaissances.

La personne qui échouera sera considérée comme un perdant, alors que pour échouer il faut avoir essayé c’est à dire prendre des risques, se remettre en question sans cesse, être plein d’énergies et d’idées.


Seul le résultat social et financier semble compter dans la société dans laquelle nous vivons.

Ce que nous apprenons de nos expériences réussies ou ratées, ce que nous cherchons à réaliser, ce que nous apprenons seul.es ne semble pas toujours suffisant.


Nous n’apprenons pas plus à nos enfants à gérer l’« échec » c’est à dire à faire d’une expérience non réussie une réussite dans ce qu’elle nous apporte. Alors que l’échec n’existe que si nous abandonnons ou ne transmutons pas.

En fait, nous ne nous aimons pas suffisamment, nous ne nous pardonnons pas, nous ne nous laissons que très peu de chances de réussites dans ce qui nous plait.





Un chercheur en médecine a pourtant une grande expérience de l’échec. Face à une nouvelle maladie, il va chercher comment la soigner, il va se tromper mille fois, faire des milliers d’essais infructueux, penser toucher la vérité et puis se tromper encore une fois. Il va travailler pendant des années à trouver la bonne formule.



Alors pourquoi nous ne nous laissons pas cette chance de nous tromper ?


Généralement parce que tous les alibis vont nous être permis pour combler le vide de soi. Et principalement par notre manque de courage représenté par nos échecs ou notre manque de volonté à essayer d'être ce que nous aurions aimer être.



Pour cela, nous allons nous focaliser sur notre paraitre, succomber à la sur-consommation de vêtements, d’accessoires hight tech, de sorties sociales, à l’achat des multiples produits dont nous aurons très peu d’utilité et qui finiront certainement dans un placard. Nous allons nous remplir de nourriture, de médias anxiogènes ou débilisant, de culture de paraitre, de réseaux sociaux …

Nous allons essayer de former un tout avec la société dans laquelle on nous a formatés afin de nous rassurer et d’éviter de trop penser.

Pourtant nous avons en nous mille et une qualités et dons inexploités qui pourraient nous remplir d’un bonheur intérieur infini. Nous ne les connaissons pas forcément parce que personne ne nous a montré la voie, nous a même dit qu’ils existaient ou nous a laissé les exploiter.


Mais si nous y réfléchissons bien, quelles sont les choses que nous aimions ou souhaitions faire quand nous étions enfant? Quels sont les activités qui nous font rêver quand nous regardons un reportage ou lisons un livre? Qu’est ce qui nous fait rêver?


Oublions un peu ces phrases castratrices et assassines que nous avons pu entendre enfant, adolescent et même adulte: « arrête de rêver! »,« tu n’y arriveras pas », « il y a déjà trop de monde qui fait ça », « tu n’as pas le talent », « tu ne gagneras pas d’argent avec cette activité là »….


Et prenons quelques minutes pour rêver!


Faites une liste de ce que vous auriez aimer faire, qui vous inspire, qui vous donne le sourire, qui vous fait rêver, de ce que vous aimeriez être profondément à l’intérieur de vous.

Faites vous plaisir, laissez remonter cette flamme qui est en vous!


Et si la physique quantique c'était ça?


Petite explication: la physique ou mécanique quantique, c’est cette branche de la physique qui décrit la manière dont se comportent les objets microscopiques: les molécules, les atomes et les particules.

Développée pendant la première moitié du XXème siècle, la mécanique quantique est un des piliers de la science contemporaine.


Pour résumer, cette science nous apprend qu’une molécule, atome ou particule peut-être à plusieurs endroits à la fois dans des espaces temps différents. L’objet composé de ses différentes particules peut aussi interagir de différentes façons suivant comment on le regarde ou comment on le pense.


La pensée, la parole, le regard et l’intention aurait donc une influence sur le monde dans lequel nous vivons.


Cela parait totalement fou, mais c’est une réalité dont on ne mesure pas encore tous les tenants et aboutissants.


La mécanique quantique sert pourtant nombres de progrès technologiques, notamment dans les super calculateurs de la Nasa, dans nos ordinateurs et téléphones, et dans les techniques de communication comme la 4G et la 5G. Une particule ou un signal électronique pouvant être à plusieurs endroits à la fois ou se démultiplier pour prendre plusieurs chemins comme dans un labyrinthe. Elle a ainsi la capacité de calculer à une vitesse infinie et d'envoyer de gros paquets d’informations à une vitesse vertigineuse.


Ce qu’on retiendra ici, c’est que chaque paquet d’atomes dont nous sommes composés a la particularité d’être influençable suivant la façon dont on conçoit personnellement et collectivement notre monde.


Pour cela, nous devons donc nous débarrasser de nos croyances limitantes et affligeantes, nous devons nous extraire de la pensée collective qui nous pousse vers une société que nous ne souhaitons pas.

Car nous pouvons être ce que nous voulons à conditions de le penser.





Tel le sportif qui grâce à la méditation visualise la ligne d’arrivée et sa place sur le podium ou telle la personne qui se dit chaque matin que l’année prochaine elle vivra sur une plage de sable blanc plutôt que de remplir les rayons d’une grande surface, ces deux personnes auront ce qu’elles souhaiteront.


Car nous sommes ce que nous croyons et voulons être.



En savoir plus sur la physique quantique:

http://www.cea.fr/comprendre/Pages/physique-chimie/essentiel-sur-mecanique-quantique.aspx



Nous devons donc nous vider de nos croyances limitantes pour pouvoir nous remplir de nos pensées bienveillantes.



Pour cela, nous allons nous attaquer au physique, à notre mental et à ce qui nous entoure, en 10 points:

1/ Vider l’inutile de notre lieu de vie



Nos armoires, placards, cave, grenier sont souvent remplis d’objets inutiles que l’on garde par peur de ne plus avoir, parce qu’ils constituent des souvenirs, parce qu’au cas où, parce qu’ils valent de l’argent, parce qu’on nous les a donné, parce qu’ils sont là…


Et pourtant, ces objets nous encombrent. Même s’ils sont cachés, nous savons que nos placards sont pleins et que la place nous manque.

Il y a un paquet d’objets dont nous avons oubliés l’existence, d’autres que nous voyons mais dont nous ne nous sommes plus servis depuis des années.

On pense à tort être ce que l’on a, mais nous sommes plutôt encombrés d’objets qui nous brouillent notre horizon de possibles.



Personnellement, je me suis aperçue que je n’avais besoin de presque rien en arrivant la première année au Brésil. J’étais partie avec seulement deux valises. Mon container n’est arrivé que 11 mois plus tard. Ces deux valises contenaient l’essentiel et cela a été largement suffisant, même trop. Lorsque mon container est arrivé, j’ai même eu la nausée et de la honte. J’avais pourtant trié, jeté, donné un maximum avant de partir de France… Mais le constat était bien là: je m’étais attachée à de l’inutile.

La tâche de trier, jeter, donner est grande et souvent fatigante mentalement parce qu’elle nous oblige à prendre des décisions, à faire des choix. Elle nous oblige à nous remettre en question, à regarder bien en face notre semblant d’avoir. Mais elle nous libère aussi, clarifie notre mental, nous donne de l’espace non seulement dans nos placards mais aussi dans notre tête.


Ranger peut être difficile pour certaines personnes parce que c’est souvent un peu le bazar dans leur tête. Ou au contraire, certaines autres personnes vont avoir besoin que leur environnement soit totalement aseptisé afin que le bazar de leur mental puisse trouver de l’air.

Notre vie débordante, les enfants, la fatigue nous laissent aussi souvent bien vide d’énergie pour faire face à ce débordement d’objets et de poussières qui vient s’imposer à nous.


Ranger, trier, jeter, nettoyer, donner va vous permettre de ranger aussi dans votre tête. Cela va vous permettre de donner un petit coup de balais dans tout ce qui vous encombre mentalement.



En famille, cela va apprendre à vos enfants à moins s’attacher aux objets, à donner, à retrouver des jouets/livres/objets oubliés.

Eux aussi sont envahis et débordés d’objets dont ils ne voient même plus leurs côtés ludiques.

Cela va leur permettre d’apprécier d’autant plus ceux qu’ils auront choisis de garder.

Voir cet article sur comment ranger, trier, jeter, donner avec vos enfants:

https://www.lapsydulogis.be/les-trucs-de-la-psy-trier-et-ranger-les-jouets-avec-les-enfants-mission-impossible/


Et pour les adultes, quelques tutos:

https://www.cotemaison.fr/inspirations/ranger-jeter-trier-conseils-pour-y-arriver_30738.html


Pensez à donner, particulièrement en ce moment où bon nombre en ont besoin: ami.es, voisin.es, Emmaus, associations…

2/ Faire le tri dans ses vêtements

Je devrais faire un chapitre spécial car le volume de nos vêtements représente à lui seul tout un chapitre ;-)

Il est fort possible même que certains hommes et femmes, aujourd’hui, aient quasiment à peu près les mêmes volumes cubiques de vêtements abandonnés ou redondants.


Le tri de ses vêtements... certainement la tâche la plus difficile dans cet exercice!



Or, la principale raison de tous ces achats de vêtements, tient en deux phrases:


  • Je ne sais pas quoi me mettre

  • Je n’ai rien à me mettre.

Alors pourquoi ne sait-on pas quoi se mettre?




Cela vient d’un constat tout simple: Nous ne savons pas réellement ce qui nous va tant en formes et styles qu’en couleurs. Du coup, nous achetons plus que de besoin afin de combler un vide identitaire.

Ce constat tient du fait que nous nous connaissons mal. Nous sommes influencés par la mode, ses styles et couleurs qui nous sont imposés. Pourtant, nous sommes tous et toutes différentes. Logiquement nous ne devrions pas nous habiller tous pareils.

Lorsque nous savons réellement qu’elles sont les couleurs qui nous vont ainsi que les coupes, nous diminuons forcément notre quantité de vêtements. Nous choisissons avec conscience ce qui nous va, plutôt que de succomber à un effet de mode qui ne nous le rendra par forcément bien.



Alors comment savoir ce qui nous va?


Il existe des professionnel.les du conseil en image qui font ça vraiment très bien.

Je peux vous en parler, car je suis passée entre les mains d’une fée qui m’a permis de me révéler à moi-même.

Après une séance entre les mains d’une pro, ce n’est pas seulement votre garde robe qui devient magique, c’est votre âme qui agit.

Votre personnalité éclate!


Je vous recommande avec chaleur de vous faire ce petit cadeau de la vie, d’autant plus que Pascale Loko, la fée dont je vous parle, à mis au point un atelier à distance.


Voir une petite vidéo de présentation:

Le site pour tout savoir:

https://www.votreimageenlumiere.fr

Pour aller plus loin, un second point important auquel on ne pense jamais lorsque l’on s’achète un vêtement, est: comment a-t-il était fabriqué et par qui?


On peut pour certain.es de nous s’acheter des vêtements écologiques et c’est vraiment bien, car il y a encore peu d’offres, mais nous pouvons aussi nous poser la question de leur éthique et de l’éthique de la marque qui les fabrique.

Car lorsque ce sont des enfants et des personnes qui fabriquent nos vêtements dans des conditions qui ne sont pas humaines, a-t-on vraiment envie consciemment de se mettre ça sur la peau?



Deux grands mouvements sont nés de cette prise de conscience:

La « Fashion Revolution » et « who made my clothes »

Pascale Loko, nous explique parfaitement bien le pourquoi du comment:


En savoir plus sur :

https://www.fashionrevolution.org/europe/france-2/

https://www.linfodurable.fr/social/who-made-my-clothes-le-24-avril-faites-la-fashion-revolution-3072


Lorsque l’on a décidé de consommer plus éthique et durable, lorsque l’on a décidé de privilégier les circuits courts et le Made in Europe ou France, naturellement nous consommons moins.


Une éducation que l’on peut tout à fait donner à nos enfants afin que plus jamais dans leur monde futur d’adultes, des personnes soient exploitées pour satisfaire les désirs existentiels d’êtres humains à l’autre bout de la planète.


Nous sommes mieux que cela et nous avons le pouvoir de choisir dans quel monde nous souhaitons vivre.


Ce sujet pourrait être culpabilisant, mais nous n’avions pas et n’avons toujours pas toutes les informations lorsque nous achetons un vêtement.

Nous devons encore nous renseigner seuls. Peut-être parce que nous ne sommes plus des enfants et qu’en tant qu’adulte, la société nous laisse maître de nos choix ;-)


Quelques choix de marques ici:

https://www.wedressfair.fr/blog/29-marques-ethiques-pour-un-dressing-responsable


Ou ici:

https://laptitenoisette.com/responsable-mode-shopping-ethique-vegan-bio-dressing/


Bon évidemment, ça demande plus de temps pour trouver son bonheur, mais le temps n’est ce pas ce que nous avons?



Passons maintenant aux choses sérieuses: vider nos penderies!


Alors comment s’attaquer à cette tâche hautement émotionnelle?


Petits conseils pour y arriver:


  1. On se débarrasse de tout ce qui est trop grand (on ne va pas (re) grossir, non, non)

  2. On se débarrasse de tout ce qui était trop petit (avant la période de confinement)

  3. On se débarrasse de tout ce qui est usé jusqu’à la corde

  4. On se débarrasse de tout ce qui ne vous fait pas une silhouette de rêve

  5. On se débarrasse de tout ce qui n’a été mis qu’une ou deux fois, sauf si vous suivez un conseil en image

  6. On se débarrasse de tout ce qui n’a pas été remis depuis la saison dernière




Après avoir fait votre colorimétrie:


  1. On se débarrasse de toutes les couleurs qui nous éteignent, nous rendent blafard.es, nous rendent malades.

Après avoir fait votre conseil en image:

  1. On se débarrasse de tout ce qui ne nous va pas



Ok mais qu’est ce qu’on y gagne au final?


Avec une penderie minimaliste, vous allez:


  • Gagner du temps, moins de questions le matin, on va à l’essentiel.

  • Gagner en qualité de vêtements. Moins de vêtements c’est la possibilité de se faire vraiment plaisir en s’achetant plus tard de belles pièces qui dureront longtemps. Du Made in France, des matières naturelles, de belles finitions.

  • Gagner en confort: vous pourrez porter ces pièces autant la semaine que le week-end ou en soirée. Ce sont les associations que vous en ferez qui vont changer leurs destinations.

Pour résumer lorsque vous faites votre tri ou que vous acheterez à l’avenir:

  • Choisissez des matières naturelles : laine, soie, coton, lin…

  • Achetez du Made in France ou de qualité écologique et éthique ailleurs

  • Prenez le temps de regarder les finitions du vêtement (coutures…)

  • Regarder l’étiquette d’entretien (ce vêtement doit tenir longtemps donc exit les étiquettes « ne pas laver » ou « nettoyage à sec »)

  • Informez vous sur la marque que vous achetez et son caractère “éthique” et écologique


Pour se motiver, on regarde comment elle l’a fait:


Evidemment on pense à donner, plutôt que de jeter, on peut aussi recycler nos vêtements en sacs, torchons, housses de coussins… ou en faire d’autres vêtements si vous savez coudre, vous pouvez aussi demander à la couturière de votre quartier.


On peut même se fabriquer nos éponges avec nos vieux pulls, chaussettes, sweets…:


De quoi faire le vide tout en se remplissant de créativité!

3/ Vider sa boite e-mails


Nous sommes inondés de mails (pas toujours à propos) et qui nous cachent ceux qui sont importants.

Vidons et trions nos spams et e-mails qui ne présentent plus aucune utilité ou qui nous pousseraient à consommer de la fatuité.


Car tous ces emails conservés sur des serveurs sont aussi sources de pollutions et consomment énormément d’énergie.


Tous les e-mails publicitaires comportent une petite phrase : « me désabonner », ou "se désinscrire" n’hésitez pas à cliquer dessus et à réitérer l’opération car les listings mails ne sont pas mis à jour forcément automatiquement ou vous pouvez faire partie de plusieurs listes.


Vous pouvez aussi utiliser le site cleanfox.com qui le fait pour vous en quelques clics.

Des tutos existent aussi pour vous apprendre à ranger votre boite mails et y retrouver très facilement les mails importants et ceux moins importants.


Exemple ici:



Evitez par contre de signaler un mail comme un spam (particulièrement pour les petits entrepreneur.es), sauf si l’objet du mail et son émetteur sont vraiment très éloignés de vos centres d’intérêts et que vous n’avez pas réussi à vous désabonner.

Dénoncer un mail comme spam équivaut à ce que l’émetteur ne puisse plus envoyer de mails sans que ceux-ci tombent dans la boite spam de l’ensemble de leurs destinataires ou que l’envoi soit refusé. Ce ne serait ni juste, ni à la hauteur de ce que vous êtes: un être doué de compréhension et d’intelligence ;-)

Bon, ok, je parle un peu pour ma paroisse et celles de mes consoeurs et confrères. Tous les contacts mails que j’ai sont des personnes qui m’ont contactées à un moment donné et qui sont donc sensées avoir été intéressées par mon activité. Or, je me suis retrouvée mise en réclamation pour spam et la plupart de mes mails finissent donc dans votre boite d'indésirables sans que vous l’ayez, vous même, demandé.

Faire donc le vide, mais à bon escient ;-)

4/ Trier ses ami.es sur FB


Vous n’êtes pas le nombre de vos ami.es sur FB. Votre richesse intérieure ne se situe pas là.

De plus, FaceBook a réduit le nombre de personnes pouvant voir vos publications. Plus vous avez dami.es moins ils peuvent réellement voir vos publications.

Vous pouvez ainsi avoir 5000 ami.es que seul.es 20 à 30% pourront voir votre dernière publication, à condition qu’ils passent du temps à faire défiler leur mur et qu’ils aient régulièrement liké ou commenté votre profil.

Pour que ceux-ci puissent voir vos publications, il faudrait que vous alliez régulièrement sur leur profil pour liker et commenter leur publication et qu’en retour ils fassent pareil. FB est ainsi basé sur du win-win.

Même si vous pouvez avoir un public de voyeurs, sachez que c’est le partage et la communication qui fait la force de FB. Alors, n’hésitez pas à faire un grand tri!

La qualité de votre profil et de la visibilité de vos posts ne sera que meilleure.

Vous chercherez aussi certainement ensuite à publier des informations plus en accord avec ce que vous êtes et avec les ami.es que vous avez garder.

5/ Ré-organiser sa cuisine




Comme pour le reste, on achète souvent vite et sans avoir le temps de la réflexion: alimentation, ustensiles de cuisine…

Nous passons pourtant beaucoup de temps dans ce lieu de vie (au sens propre du terme).


Suite au chapitre 1 où nous avons abordé l’alimentation, il est donc temps de faire un tri dans vos placards, frigo et congélateur.

  • On jette ou on donne tout ce qui est périmé, suspect ou venant de l’industrie alimentaire.

  • On laisse de la place pour de nouveaux aliments qui sont bons pour notre santé et la planète.

  • On fait le tri des vieux contenants douteux et on nettoie nos placards.

  • On range nos aliments en pots en verre plutôt qu’en boites en plastique (que l’on pourra utiliser pour le bricolage, les crayons des enfants…).

  • On jette les ustensiles en aluminium ou on recycle.

  • On en profite pour tout ré-organiser de manière saine et écologique.


On évite ainsi de gaspiller pour une plus claire organisation et vision globale de notre cuisine. On évite de se contaminer avec des aliments et ustensiles. On reprend plaisir à cuisiner et à se nourrir sainement.


Plus d’infos et de conseils ici:

https://www.marieclaire.fr/maison/les-regles-d-une-cuisine-ecolo,1142232.asp


Rangements écologiques, sains et pratiques:

https://www.onrangetout.com/190-rangements-eco-responsables


6/ Faire le tri dans ses médicaments


Nous avons souvent reçu des feuilles d’ordonnances trop remplies, sensées nous rassurer et donc nous soigner. L’effet placébo d’un médicament actif ou non s’il est bien reconnu par la médecine, nos médecins en usent et en abusent parfois un peu trop. Nous nous retrouvons ainsi avec des stocks de médicaments non utilisés.

Il est temps d’aller y jeter un petit coup d’oeil.

Afin de ne prendre aucun risque on met dans un sachet tous les médicaments périmés que l’on ira rendre à la pharmacie du coin. On ne les jette pas car ceux-ci peuvent contaminés les sols et cours d’eau.

On organise les autres, on note sur la boite pour quoi ils sont faits en lisant bien la notice et leur date de péremption.

Puis, on les range tous dans une grande boite hermétique qui elle-même sera rangée en haut d’un placard afin d’éviter aux enfants, animaux ou personnes âgées de les consommer par inadvertance.


On en profite aussi pour s’acheter un livre sur les plantes et leurs vertus médicinales.




Nombre de plantes soignent parfaitement bien les petits bobos et petites maladies de la vie quotidienne. Nos ancêtres ou les asiatiques et les peuples indigènes les utilisent encore avec succès. De plus, toutes les formules de la médecine moderne viennent du vivant avant d’être synthétisées.



Le Vidal, bible du médecin allopathe contient aussi la bible de la phytothérapie, la médecine par les plantes:

https://eurekasante.vidal.fr/parapharmacie/phytotherapie-plantes.html


Liste de plantes médicinales:

https://www.altheaprovence.com/liste-des-plantes-aromatiques-et-medicinales/


Par exemple: l’ail est une antibiotique naturel, l’ananas un anti-inflammatoire, le lierre est utiliser pour dégager les voies respiratoires…


En consommant régulièrement des fruits et des légumes, en buvant des tisanes, en utilisant des huiles essentielles vous allez trouver toutes les ressources dont votre corps à besoin pour non seulement être en forme mais aussi pour être prêt à résister aux attaques bactériennes ou virales.


Vous pouvez y associer la Naturopathie qui intègre d’autres disciplines comme l’acuponcture, les massages, la méditation, le sport, l’alimentation, l’homéopathie…

L’avantage est qu’en consultant un.e professionnel.le, vous serez aiguillés et suivis.

Comme les médicaments, les plantes sont des substances actives qui ne doivent pas être prises n’importe comment. Pour rappel, notre corps ne peut pas supporter plus de trois composants actifs, médicament ou/et plante à la fois. Voici un excellent reportage sur les plus et les moins de la phytothérapie et ses enjeux économiques:



En savoir plus sur la Naturopathie:


Vous l’aurez compris, lorsque l’on vide le superflu, l’essentiel devient intéressant, vous devenez intéressant. Nous devons vivre bien et pleinement nous-même maintenant.

7/ Se vider de l’intérieur


Par un régime alimentaire sain et naturel.

Je vous invite à (re) lire le chapitre 1 sur l’alimentation afin de connaitre les enjeux sur notre santé physique et psychique de ce que nous avalons.


Nous avons intégré depuis notre plus tendre enfance que la nourriture était une des composante associée à la récompense.


Les industriels en ont aussi fait leur cheval de bataille pour nous rendre addictes à certaines substances.

Le sucre blanc en premier lieu dont nous avons été abreuvé grâce aux bonbons et sucreries de tous genres, puis les graisses (fast food notamment) et le sel ( produits apéritifs, plats préparés…).

Nous avons donc tendance à penser qu’un bon aliment au sens récompense doit être riche en sel, graisse et/ou sucre.


Nous devons ré-apprendre à manger de bons aliments riches en vitamines, minéraux et nutriments. Ceux-ci sont bien plus savoureux et surtout essentiels à notre organisme.

En, fait, nous devons apprendre à nous faire du bien.


Le deuxième point est que l’on nous a appris que nous devions manger 3 repas par jour: petit déjeuner, déjeuner et diner. Que la viande était la seule source de protéines et que nous devions manger des produits laitiers pour avoir du calcium.


  • Nous savons aujourd’hui que les produits laitiers sont dangereux pour notre squelette dès que notre croissance est finie, voir même avant à partir du moment où nous ne sommes plus allaités.

  • Nous savons aujourd’hui q